Retour aux articles

Manager en mode blockchain ? Et pourquoi pas !

19 septembre 2022

Blockchain & management

Selon le Robert en ligne, la blockchain répond aux définitions suivantes : 

  • Mode de stockage et de transmission de données sous forme de blocs liés les uns aux autres et protégés contre toute modification.
  • Recommandation officielle chaîne de blocs.
  •  Par extension Base de données contenant l’historique des échanges par blockchain.

Vous ne voyez pas de lien avec le management ? Vous avez raison. À ce stade, il n’y en a pas. Et pourtant ! Derrière le fonctionnement des cryptomonnaies, et plus généralement de la blockchain, se dissimule un principe fondateur, une logique fondamentale : celle des Organisations Autonomes Décentralisées ou DAO pour Decentralized Autonomous Organization. 

L’autonomie et la décentralisation : deux notions clés qui peuvent soulever des interrogations lorsqu’elles s’appliquent au management.

À l’aube d’un changement de paradigme…

Alors que la facture énergétique explose, que les marchés se tendent, la profitabilité des entreprises est sans cesse challengée et impose de réorienter l’ensemble des processus organisationnels autour de l’efficacité opérationnelle. Mais les contextes géopolitique et économique n’expliquent pas, à eux seuls, les profonds changements qui se profilent. 

La crise sanitaire a agi comme un exhausteur de transformations. L’adoption rapide et massive du travail à distance a permis non seulement le développement du recours aux solutions collaboratives, mais surtout l’acceptation d’une réalité : la présence physique n’est pas seule garante de l’efficacité de la collaboration. Ce constat en appelle un autre. S’il est possible de collaborer à distance, sans contrôle physique de l’activité, sans lien de subordination clairement matérialisé, pourquoi rester inféodé à des modèles hérités de temps anciens ? Certains ont trouvé une réponse à cette interrogation en s’engageant sur la voie du nomadisme digital. Les digital nomads se sont affranchis des contingences de temps et de lieu qui régissent le rapport au travail depuis des siècles. Des collaborateurs toujours plus éloignés physiquement de leurs managers. Des codes hiérarchiques qui volent en éclat. Le monde a changé ! Et si l’on considérait l’ensemble des savoir-faire nécessaires à l’accomplissement d’un projet comme une longue chaîne de compétences. Des compétences qui n’ont pas nécessairement vocation à être intégrées dans l’entreprise. Nous sommes entrés dans l’ère du Make ou Buy qui amène le monde de l’entreprise à se poser une question fondamentale. 

Faut-il agréger systématiquement toutes les compétences dont on n’aura peut-être besoin qu’une fois dans l’année ou dans les 5 ans à venir ? Cette compétence ne serait-elle pas mieux employée si elle n’était sollicitée que ponctuellement ? Un constructeur comme Renault a-t-il besoin de produire ses propres batteries pour ses véhicules électriques ? Avait-il besoin de développer ses propres carburateurs quand il suffisait de trouver un équipement prêt à être assemblé dans un véhicule ? 

L’avènement du télétravail et des solutions collaboratives redéfinissent les contours de la collaboration et de l’agrégation « ponctuelle » de compétences dans une logique décentralisée. Une décentralisation qui est le propre de la blockchain. 

Blockchain : vers une ubérisation des talents ? 

Cette logique née de la Blockchain suppose de mobiliser des talents sans qu’un lien hiérarchique évident ne s’impose. L’explosion du nombre de freelances et d’auto-entrepreneurs dans le monde du conseil et de la tech en est la criante illustration. Au-delà de l’adoption de nouveaux modes de management, cette transformation s’appuie également sur une répartition de la valeur fondée sur des modèles contractuels vertueux comme le revenue sharing, les success fees, les droits d’auteur etc. C’est d’ailleurs l’un des constats issus de la récente étude de l’OPIIEC.  Mais comment manager des parties prenantes sur lesquels les leviers ordinaires du management ne peuvent être actionnés ? Comment piloter l’action d’un freelance ? Comment le manager peut-il orchestrer un projet ? Entre changement de mindset et apports de la tech, comment réussir cette transformation ? La réponse est dans la formation des managers bien sûr ! Une formation à des nouveaux modes de gestion de projet. Une formation pour mieux exploiter le digital comme ciment de l’action de chaque bloc de cette longue chaîne de compétence. Penser différemment la roadmap de chaque projet, fédérer les énergies de chaque intervenant, miser sur la confiance et la sérénité d’une collaboration plutôt que sur des liens de subordination… Autant de nouveaux réflexes qui supposent un savant mélange de sensibilité – écoute – bienveillance (les soft skills) et de technicité (les hard skills). 

Manager en mode blockchain : danger ou opportunité ? 

La solidité d’une chaîne se mesure à l’aune de son maillon le plus faible. C’est ainsi. Face à cette transformation des organisations, le principal risque auquel se confronte le manager c’est d’être le maillon le plus faible. Dans une logique décentralisée, chaque maillon de la chaîne de compétences est indépendant mais son action est intrinsèquement liée à celle des autres intervenants

Le trait d’union, le dénominateur commun, c’est le bien le manager. Le rouage essentiel d’une organisation qui ne dépend que de son énergie et de sa capacité à orchestrer le projet. Le principal enjeu pour manager en mode blockchain, c’est de conserver une visibilité globale de l’avancée d’un projet en mode décentralisé. 

Sa plus belle opportunité : être, plus que jamais au cœur de tous les process dans l’entreprise. Pour cette dernière, concevoir les compétences en mode blockchain constitue une chance unique de s’affranchir des contingences liées à des bassins d’emploi. 

Atteindre des talents hors des frontières, manager par le résultat plus que par les moyens, limiter les déplacements inutiles grâce au digital… 

 

Manager en mode Blockchain ? Une parfaite illustration de l’importance des axes People, Project, Planet, les trois valeurs cardinales d’Actinuum, opérateur de (trans)formation !

 

⚡ Votre navigateur est obslète ! ⚡

Mettez-le à jour pour voir ce site correctement.

Mettre à jour